Actualités 2018 dans le SED vasculaire (SEDv)

Docteur en médecine et docteur en génétique humaine, le Pr Xavier Jeunemaître est coordinateur du centre de référence des maladies vasculaires rares, dont le SEDv (Hôpital Pompidou à Paris). Lors du colloque SED du 9 février à l’institut Imagine, il a présenté les “Actualités dans le SED vasculaire”.
Le SEDv (SED vasculaire) est une forme rare dont la prévalence est de 1 pour 150 000 actuellement. Le SEDv est une pathologie où les signes articulaires, les douleurs sont assez peu présentes. Ce qui est le plus visible ce sont des signes mineurs : transparence de la peau, fragilité tissulaire, acrogérie éventuelle, hématomes spontanés au moindre choc, visage très fin. Le SEDv expose à des complications sous formes de dissection ou de rupture artérielle, le plus souvent limitée mais parfois fatale, de rupture du colon sigmoïde, à un âge médian de survenue de 29 ans.
Les critères de diagnostic du SEDv ont été modifiés par le consortium de New-York mais l’équipe du centre de référence constate, suite à une analyse des critères sur une cohorte de 740 patients, que les critères de Villefranche étaient plutôt plus performants que les critères actuels.

La génétique

Le gène responsable du SEDv est un gène unique, le collagène de type 3 ; il est pour le moment le seul gène retrouvé responsable de la pathologie. Il y a actuellement plus de 600 mutations décrites, donc quasiment chaque famille a une mutation différente.
Il existe des mutations dites « de novo », c’est-à-dire qu’il n’y a pas d’histoire familiale, pourtant la personne est porteuse d’une mutation. Une étude sur 177 sujets porteurs d’une mutation sur le COL3A1 montre qu’il n’y a pas d’histoire familiale dans 50 % des cas. Parmi ceux-ci, on retrouve du mosaicisme dans 2 à 3 %, c’est-à-dire qu’une partie des gamètes
porte la mutation, bien que les parents ne soient pas porteurs.
En fonction des mutations, les patients n’ont pas tout à fait la même présentation : les mutations de glycine ou d’épissage sont plus sévères avec un âge de première complication à environ 28 ans. Ceux ayant d’autres mutations ont 10 à 15 ans de délai supplémentaire par rapport à la première complication (vers 40 ans). De même, certaines complications existent ou non en fonction du type de mutations : les ruptures digestives n’arrivent quasi que sur les mutations sévères de type glycine ou épissage. Le conseil génétique peut donc ainsi être affiné.

La recherche a développé un modèle de souris qui portent ce type de mutation sur le collagène de type 3, ce qui a permis de nombreuses observations. La recherche travaille actuellement, aussi bien chez les hommes que chez les souris, sur le fond génétique pouvant influencer la sévérité ou le phénotype du SEDv. Les premiers résultats arriveraient dans l’année et des résultats plus intéressants dans les deux à trois ans.

Traitement bêtabloquant et hypothèses de travail

Le traitement de référence pour le SEDv est un traitement bêtabloquant, le celiprolol, qui est bêta-1 inhibiteur et bêta2 stimulant. Une première étude (BBEST) montrait que sur 33 patients, ceux sous celiprolol semblaient avoir moins de complications vasculaires que le groupe contrôle et une espérance de vie bien meilleure.
En 2000, l’étude de Pepin et al. montrait que l’espérance de vie moyenne de sujets atteints de SEDv était de 48 ans sur un groupe d’environ 300 patients. En 15 ans de suivi de patients venus consulter au centre de référence de Pompidou, on observe sur 140 patients que leur espérance de vie est bien meilleure que l’espérance de vie attendue. Prendre en charge les patients en centre de référence, avoir des mesures préventives, avoir un suivi, éventuellement avoir un traitement, est donc d’un grand bénéfice en termes de prise en charge et d’espérance de vie.

Des études ont permis de montrer un bénéfice du losartan chez la souris. Un protocole a donc débuté il y a 2 ans chez les patients atteints de SEDv, dans l’idée d’ajouter ce traitement aux traitements déjà existants chez les patients. 65 patients ont été inclus dans l’étude dont les résultats prendront du temps à être explorer.

Vous aimerez aussi

26 SEPTEMBRE 2019

Déclaration de consensus de...

Traduction de la déclaration de consensus L’article original (en anglais) se...

12 SEPTEMBRE 2019

La kinésithérapie pour les...

Benoît Bonneté, masseur-kinésithérapeute mezieriste, membre du GERSED et expert...

29 JUILLET 2019

SEDh et HSD ont besoin...

The Ehlers-Danlos Society, communauté mondiale de patients, de soignants, de...

19 JUILLET 2019

Examen clinique dans le SED...

La troisième vidéo de la Filière Oscar concerne l’examen clinique d’une...

11 MARS 2019

Etude mondiale de recherche...

The Ehlers-Danlos Society, association internationale, annonce la première recherche...

5 MARS 2019

Gestion de la fatigue et...

La fatigue importante due au SED peut être un facteur de douleur et de blessures. Il a...

Laissez un commentaire !