Nouvel article : Résistance à l’anesthésie locale lors d’une chirurgie dentaire

CategoriesOdontologie

L’article “Resistance to local anesthesia in people with the Ehlers-Danlos Syndromes presenting for dental surgery” de Schubart et al. a été publié le 30 octobre 2019.
L’article est en libre accès et le lien suivant vous permet si besoin d’utiliser les traducteurs du net pour lire l’article intégralement, dans un français approximatif : synapse.koreamed.org

RESUME
Contexte
Les personnes atteintes du syndrome d’Ehlers-Danlos (SED), un groupe de troubles héréditaires du tissu conjonctif, rapportent souvent avoir ressenti une douleur lors d’une procédure dentaire malgré l’utilisation d’un anesthésique local (AL). Les cliniciens n’étaient pas certains de savoir comment interpréter cette résistance apparente à l’AL, la comparaison des expériences des patients SED et non-SED se limitant à des preuves anecdotiques et à de petites séries de cas. L’objectif principal de cette étude générant des hypothèses était d’étudier l’adéquation rappelée de la prévention de la douleur avec AL administrée au cours d’interventions dentaires dans une large cohorte de personnes avec et sans SED. Un objectif exploratoire secondaire a demandé aux personnes souffrant de SED de rappeler des expériences comparatives en AL.

Les méthodes
Nous avons mené un sondage en ligne via diverses plates-formes de médias sociaux auprès de personnes atteintes de SED et de leurs amis sans SED, pour leur poser des questions sur des procédures dentaires antérieures, des expositions à un AL et sur le caractère adéquat de la prévention de la douleur liée à une procédure. Parmi les répondants SED qui ont à la fois reçu une AL et se rappelant celle-ci, nous avons comparé la prévention de la douleur par agent spécifique pour la lidocaïne, la procaïne, la bupivacaïne, la mépivacaïne et l’articaïne.

Résultats
Parmi les 980 répondants SED ayant subi une procédure dentaire d’anesthésie locale (AL), 88% (n = 860) se rappelaient une prévention de la douleur insuffisante. Seulement 33% (n = 83) des 249 répondants non-SED se souvenaient d’une prévention de la douleur insuffisante (p <0,001 par rapport aux répondants du SED). L'agent ayant le taux de réussite le plus élevé parmi les répondants SED a été l'articaïne (30%), suivi de la bupivacaïne (25%) et de la mépivacaïne (22%). Conclusions
Les répondants SED au sondage ont signalé près de trois fois le taux de non-réponse aux AL par rapport aux répondants non-SED, ce qui suggère que les AL étaient moins efficaces pour prévenir la douleur associée aux procédures dentaires de routine au bureau.

Mots-clé : Soins dentaires ; Syndrome d’Ehlers-Danlos ; Anesthésiques Locaux

ABSTRACT
Background
People with the Ehlers-Danlos Syndromes (EDS), a group of heritable disorders of connective tissue, often report experiencing dental procedure pain despite local anesthetic (LA) use. Clinicians have been uncertain how to interpret this apparent LA resistance, as comparison of EDS and non-EDS patient experience is limited to anecdotal evidence and small case series. The primary goal of this hypothesis-generating study was to investigate the recalled adequacy of pain prevention with LA administered during dental procedures in a large cohort of people with and without EDS. A secondary exploratory aim asked people with EDS to recall comparative LA experiences.

Methods
We administered an online survey through various social media platforms to people with EDS and their friends without EDS, asking about past dental procedures, LA exposures, and the adequacy of procedure pain prevention. Among EDS respondents who both received LA and recalled the specific LA used, we compared agent-specific pain prevention for lidocaine, procaine, bupivacaine, mepivacaine, and articaine.

Results
Among the 980 EDS respondents who had undergone a dental procedure LA, 88% (n = 860) recalled inadequate pain prevention. Among 249 non EDS respondents only 33% (n = 83) recalled inadequate pain prevention (P < 0.001 compared to EDS respondents). The agent with the highest EDS-respondent reported success rate was articaine (30%), followed by bupivacaine (25%), and mepivacaine (22%). Conclusions
EDS survey respondents reported nearly three times the rate of LA non-response compared to non-EDS respondents, suggesting that LAs were less effective in preventing their pain associated with routine office dental procedures.

Keywords: Dental Care; Ehlers-Danlos Syndrome; Local Anesthetics

Schubart2019_resistance_to_local_anesthesia_in_people_with_the_ehlers_danlos_syndromes_presenting_for_dental_surgery
L’article est en libre accès, distribué selon les termes de la licence Creative Commons Attribution non-commerciale qui permet une utilisation, une distribution et une reproduction non commerciales sans restriction n’importe quel support, à condition que l’œuvre originale soit correctement citée.

Vous aimerez aussi

14 MARS 2019

Cohorte SEDp (SED parodontal)

La SFPIO – Société Française de Parodontologie et d’Implantologie Orale...

Laissez un commentaire !