Les mécanismes sous-jacents aux symptômes de reflux et à la dysphagie

Mechanisms underlying reflux symptoms and dysphagia in patients with joint hypermobility syndrome, with and without postural tachycardia syndrome. Fikree A, Aziz Q, Sifrim D.
Neurogastroenterol Motil. 2017 juin; 29 (6). doi: 10.1111 / nmo.13029.

Mécanismes sous-jacents aux symptômes de reflux et à la dysphagie chez les patients atteints du syndrome d’hypermobilité articulaire, avec et sans syndrome de tachycardie posturale.

RESUME
Contexte
Le syndrome d’hypermobilité articulaire (JHS) est un trouble commun du tissu conjonctif non inflammatoire qui coexiste fréquemment avec le syndrome de tachycardie posturale (PoTS), une forme d’intolérance orthostatique. Des symptômes gastro-intestinaux et une dysmotilité ont été rapportés dans le PoTS. La dysphagie et le reflux sont des symptômes courants dans JHS, mais aucune étude n’a examiné le mécanisme physiologique de ceux-ci, subdivisés par statut PoTS.

Méthodes
Trente patients (28 femmes, âges: 18-62) avec JHS et symptômes de reflux (n = 28) ± dysphagie (n = 25), ont subi une manométrie à haute résolution et une surveillance d’impédance du pH de 24 heures après une évaluation des symptômes basée sur un questionnaire. Les paramètres de physiologie œsophagienne ont été examinés dans JHS, subdivisés par statut PoTS.

Résultats
Cinquante-trois pour cent des patients JHS présentant des symptômes de reflux avaient un reflux acide pathologique, 21% avaient une hypersensibilité au reflux et 25% avaient des brûlures d’estomac fonctionnelles. L’exposition à l’acide était plus susceptible d’être augmentée en position allongée qu’en position verticale (64% contre 43%). La prévalence du sphincter hypotenseur de l’œsophage inférieur (33%) et de la hernie hiatale (33%) était faible. Quarante pour cent des patients atteints de dysphagie avaient des troubles mineurs de la motilité, 60% avaient une dysphagie fonctionnelle. Dix-huit (60%) patients présentaient un PoTS coexistant – ils présentaient une dysphagie significativement plus élevée (21 vs 11,5, P = 0,04) et des scores de reflux (24,5 vs 16,5, P = 0,05), et doublaient la prévalence du reflux acide pathologique (64% vs 36%, P = .1) et dysmotilité œsophagienne (50% vs 25%, P = .2) bien que cela ne soit pas significatif.

Conclusions et inférences
Une grande proportion de patients JHS présentant des symptômes œsophagiens ont de vrais symptômes liés au reflux ou une hypomotilité œsophagienne légère, et cela est plus probable s’ils ont un PoTS.


L’article complet est disponible pour les professionnels de santé dans notre espace professionnels.

Vous aimerez aussi

20 MARS 2019

Hyperperméabilité...

Le GERSED met à disposition le pdf de l’intervention du Dr Michel Horgue,...

Laissez un commentaire !