Le SEDmc – SED musculocontractural

Les critères diagnostiques du SEDmc ont été mis à jour dans la nouvelle classification internationale de New-York (2017).
La prévalence de ce type de SED est inconnue. En 2017, 39 patients (18 femmes, 21 hommes, de 0 à 59 ans) de 26 familles ont vu leur cas publié avec des mutations récessives de CHST14. Trois patients (un enfant, deux adultes femmes) de deux familles ont vu leur cas publié avec une mutation récessive de DSE.

Description clinique non exhaustive

Les caractéristiques de ce trouble incluent: (1) des traits cranio-faciaux caractéristiques, (2) des contractures multiples congénitales, y compris des pouces et des talipes adduits, (3) des traits cutanés caractéristiques, notamment des plis palmaires, (4) des doigts particuliers, (5) des difformités progressives de la colonne vertébrale et du pied, (6) des hématomes sous-cutanés importants et (7) une atteinte ophtalmologique et urogénitale.

Les caractéristiques craniofaciales

Caractéristiques cranio-faciales des patients avec un SED causé par un déficit en CHST14 / D4ST1. Patient 12 à l’âge de (a) 23 jours, (b) de 3 ans et (c) de 16 ans. Patient 13 à l’âge de (d) 3 mois, (e) de 5 ans et (f) de 28 ans. Patient 14 (g) pendant la période néonatale et (h) à 28 ans. Patient 21 (i) à l’âge de 15 jours et (j) à 2 ans et 10 mois. Patient 22 (k) à la naissance et (l) âge 6 ans et 6 mois. (Kosho, 2015)
Les caractéristiques cranio-faciales caractéristiques comprennent :

  • une grande fontanelle (n=24/39 personnes) ;
  • un hypertélorisme (n=36), c’est-à-dire une malformation entraînant un agrandissement de la distance séparant les deux orbites contenant les yeux, et la racine du nez ;
    Principes de dysmorphologie – Hypertélorisme
  • des fissures palpébrales descendantes (n=25),
    De l’angle interne vers l’angle externe,
    En haut : fentes palpébrales descendantes
    En bas : fentes palpébrales d’orientation norrmale
  • des sclères bleues (n=28),

  • un nez court avec une columelle hypoplastique (n=17),

  • des déformations de l’oreille (n=35), y compris oreilles moyennement attachées (n=22) et tournées postérieurement (n=14),
  • Oreille en rotation postérieure (Kosho et al. 2010)
  • une bouche haute (n=21), long philtrum et / ou mince vermillon de la lèvre supérieure (n=24),
  • une petite bouche et / ou micro-rétrognathie (n=16) de la naissance au début de l’enfance.
  • Les formes faciales élancées avec des mâchoires saillantes (n=11) et une asymétrie faciale (n=8) sont évidentes à partir de l’adolescence.

    Le système musculo-squelettique

  • Une légère restriction de croissance prénatale a été suggérée.
  • Les contractures congénitales multiples comprennent généralement les contractures d’adduction-flexion des pouces (n=32) et de talipes equinovarus (Pied bot ; n=42).
  • Les formes des doigts sont mentionnées de manière caractéristique par les termes “arachnodactylie”, “effilé”, “mince” ou “cylindrique” (n=36).
    Contractures d’adduction des pouces (E-F) et formes caractéristiques des doigts (G-H).
    (Kosho et al. 2010)
  • Malformations progressives des talipes (planus, valgus, ou plus sévères) (n=27) et des déformations de la colonne vertébrale (courbure physiologique réduite, scoliose ou cyphoscoliose) (n=23) ont été observés.
    Malformations des talipes : planus (I), equinovarus (J), valgus (K). (Kosho, 2016)

  • Habitus marfanoïde (n=13);
  • On a également noté des subluxations/luxations articulaires faciles, récurrentes ou chroniques (n=19).
  • On observe également des difformités du pectus (plats et minces, excavatum ou carinatum) (n=18).
    Poitrine d’un adolescent atteint d’une forme modérée / grave de pectus excavatum (photo issue de Tocchioni et al., 2013)

    La peau

  • Une hyperextensibilité cutanée est observée (n=24).
  • Capacité de meurtrissure (n=22) et fragilité cutanée avec des cicatrices atrophiques (n=23) sont courantes.
  • Des plis ou des rides palmaires fins semblables à ceux de l’acrogéria sont caractéristiques et deviennent évidents avec l’âge (n = 29).
    Rides proéminentes chez une femme de 28 ans atteinte d’un SEDmc (Kosho et al. 2010)
  • Une hyperalgésie liée à la pression artérielle a été suggérée (n=8) car les patients n’aiment pas être pris dans leurs bras dans leur enfance ou qu’on leur mesure la pression artérielle dans la partie supérieure des bras.
  • Des infections sous-cutanées récurrentes avec formation de fistule ont également été observées (n=8).

    Les yeux

  • Des erreurs de réfraction, typiquement une myopie (n=12) suivie par un astigmatisme (n=5) et une hypermétropie (n=4), ont été décrites chez 16 patients ; strabisme chez 13 patients ; microcornée chez 13 patients ; glaucome ou pression intraoculaire élevée sur huit ; et décollement de la rétine sur sept.
  • Une perte progressive du champ visuel a été décrite chez une femme de 31 ans, une détérioration de la vision de l’œil droit chez un adolescent de 15 ans et une cécité du côté droit due au décollement de la rétine chez une femme de 45 ans.

    L’ouïe

  • Une déficience auditive a été observée chez 9 patients sur 39.

    Le système cardio-vasculaire

  • Les hématomes sous-cutanés récurrents de grande taille (crâne, extrémités ou hanches) constituent une complication grave qui peut, même après un traumatisme mineur, évoluer gravement en un choc hémorragique nécessitant un traitement intensif (hospitalisation, transfusion sanguine ou drainage chirurgical) (n=21/39) . L’administration intranasale de vasopressine-1-désamino-8-D-arginine (DDAVP) après un traumatisme a efficacement empêché trois hématomes sous-cutanés importants (Kosho et al., 2010; Janecke et al., 2016 ; in Brady et al. 2017).
  • Des malformations cardiaques congénitales, généralement des communications interauriculaires (atrial septal defect : ASD), ont été détectées chez sept patients.
  • Des anomalies valvulaires et/ou une dilatation de la racine aortique ont également été détectées chez sept patients.
  • Une endocardite infectieuse est survenue chez deux patients : l’un a été traité avec succès par une résection chirurgicale de la végétation à l’âge de 9 ans (Kosho et al., 2010).

    Le système gastro-intestinal

  • La constipation a été décrite chez neuf patients.
  • On note 3 cas de perforation de diverticules coliques, corrigée chirurgicalement. Un patient adolescent avait un ulcère gastrique progressif sévère, traité avec une gastrectomie partielle.
  • Les complications associées aux malformations gastro-intestinales observées incluent un mésentère commun, un volvulus spontané de l’intestin grêle associé à un omentum gastrocolic absent, et une obstruction duodénale due à une malrotation.

    Le système urogénital

  • Une hydronéphrose a été détectée chez huit patients.
  • Une néphrolithiase ou une cystolithiase a été décrite chez six patients et une infection récurrente des voies urinaires chez trois patients.
  • Une cryptorchidie a été observée chez la plupart des patients de sexe masculin.

    Caractéristiques neuromusculaires et développement moteur

  • Une hypotonie ou une faiblesse musculaire a été décrite chez 17 patients.
  • Un retard de développement moteur global a été décrit chez 23 patients, principalement en raison d’une hypotonie musculaire. L’âge médian auquel la marche sans assistance est survenue chez les patients qui l’avaient accomplie était de 2 ans et 4 mois (n=10; intervalle, de 1an 5mois à 4ans). Un patient adulte ne pouvait pas marcher sans assistance à cause de graves déformations du pied et faiblesse musculaire de la jambe.

    Caractéristiques neurologiques et neuro-développement

  • Une hypertrophie ventriculaire a été décrite chez six patients et une asymétrie chez trois patients.
  • D’autres découvertes mineures ont également été enregistrées.
  • La fixation de la moelle épinière (syndrome de la moelle attachée = spinal cord tethering) a été notée chez trois patients, dont deux ont subi une chirurgie corrective.

    Le diagnostic du SEDk

    Les critères de New-York


    • Critères majeurs :
      • Multiples contractures congénitales, contractures caractéristiques par adduction-flexion et/ou talipes équinovarus (pied bot)
      • Traits craniofaciaux caractéristiques, évidents à la naissance ou au début de la petite enfance :
          Grande fontanelle, hypertélorisme, fentes palpébrales courtes et inclinées, sclère bleue, nez court avec columelle hypoplastique, oreilles basses et tournées, palais haut, philtrum long, lèvre supérieure fine et vermillon, petite bouche, micro-rétrognathie.
        • Caractéristiques cutanées caractéristiques incluant hyperextensibilité cutanée (voir ci-dessous), peau facilement meurtrie, fragilité cutanée avec des cicatrices atrophiques, aug-mentation des rides palmaires.
            L’extensibilité de la peau doit être mesurée en pinçant et en soulevant les couches cutanées et sous-cutanées de la peau sur la face antérieure au centre de l’avant-bras non dominant. La peau est hyperextensible si elle peut être étirée par-dessus une coupure normalisée dans trois des zones suivantes : 1,5 cm pour la partie distale des avant-bras et le dos des mains ; 3 cm pour le cou, le coude et les genoux.

        • Critères mineurs :
          • Luxations récurrentes / chroniques
          • Déformations du pectus (plat, excavé)
          • Déformations de la colonne vertébrale (scoliose, cyphoscoliose)
          • Doigts particuliers (effilés, minces, cylindriques)
          • Malformations progressives des talipes (valgus, plan, cavum)
          • Grands hématomes sous-cutanés
          • Constipation chronique
          • Diverticules coliques
          • Pneumothorax / pneumohemothorax
          • Néphrolithiase / cystolithiase
          • Hydronéphrose
          • Cryptorchidie chez les hommes
          • Strabisme
          • Erreurs de réfraction (myopie, astigmatisme)
          • Glaucome / pression intraoculaire élevée

          • Pour évoquer un SEDmc, il faut :

            A la naissance ou dans la petite enfance :

          • Le critère majeur 1 : contractures multiples congénitales
            Plus (+)

          • Le critère majeur 2 : traits cranofaciaux caractéristiques


            A l’adolescence et à l’âge adulte :

          • Le critère majeur 1 : contractures multiples congénitales
            Plus (+)

          • Le critère majeur 3 : traits cutanés caractéristiques

            La confirmation génétique

            Le criblage moléculaire par reséquençage ciblé d’un panel de gènes incluant CHST14 et DSE est indiqué. Un tel panel de gènes peut également inclure d’autres gènes associés à des phénotypes qui se chevauchent cliniquement avec mcEDS, tels que PLOD1, FKBP14, ZNF469, PRDM5, B4GALT7, B3GALT6 et SLC39A13.

            L’absence de résultats génétiques de confirmation n’exclut pas le diagnostic de SEDmc car des types spécifiques de mutations peuvent ne pas être détectés par les techniques moléculaires de diagnostic classiques. Si aucune mutation CHST14 ou DSE n’est identifiée, des diagnostics alternatifs doivent être envisagés.
            Le SEDmc se transmet sur un mode autosomique récessif. La penetrance est complète, mais des différences de sévérité phénotypique entre frères et sœurs affectés ont été suggérées.

            La gestion du SEDk

            Aucune ligne directrice spécifique pour la prise en charge des patients présentant un SEDmc n’est disponible. Les directives pour la gestion des problèmes musculo-squelettiques, l’atteinte cutanée, les atteintes cardiovasculaires, le suivi ophtalmologique et dentaire et la grossesse doivent être conformes à celles formulées pour d’autres formes de SED.

            Examens conseillés après le diagnostic

          • Dépistage des malformations cardiaques congénitales par échographie cardiaque
          • Dépistage des malformations oculaires à travers un examen ophtalmologique pédiatrique
          • Dépistage des malformations du système rénal par échographie rénale
          • Dépistage de la déficience auditive par une réponse évoquée auditive du tronc cérébral automatisé (RéATCA) ainsi que par l’examen d’un ORL pédiatrique.

            Traitements et surveillance

            Musculosquelettique :
            – Intervention orthopédique (plâtres ou chirurgie, par exemple) pour les talipes equinovarus et thérapie physique pour retard de développement moteur en tant que soins centraux pour les patients présentant ce type de retard.
            – Une attention spéciale doit être portée aux déformations progressives du pied et aux traumatismes pouvant causer des lacérations de la peau, des luxations des articulations ou de grands hématomes sous-cutanés.
            – Evaluation des déformations de la colonne vertébrale (scoliose, cyphoscoliose).

            Peau : La mesure de tension est préférable au poignet pour les patients souffrant d’hyperalgésie à la pression.

            Ophtalmologie : Contrôles réguliers du strabisme, des erreurs de réfraction et du glaucome.

            ORL : Examen régulier en cas d’otite moyenne avec épanchement et de déficience auditive.

            Urologie :
            – Contrôle régulier des problèmes de miction, hypertrophie de la vessie.
            – Fixation chirurgicale de la cryptorchidie chez l’homme.

            Cardiovasculaire : Contrôle régulier des anomalies valvulaires, dilatation de la racine aortique.

            Gastro-intestinal : Bilan régulier de la constipation et évaluation du besoin de laxatifs et/ou de lavements.

            Évaluation des caractéristiques sexuelles secondaires (développement du sein chez les femmes et fonction gonadique chez les hommes).

            Traitement d’urgence en cas de pneumothorax ou de pneumohémothorax, des hématomes sous-cutanés importants et de la perforation diverticulaire.

            Sources

          • Brady A, Dermirdas S, Fournel-Gigleux S, Ghali N, Giunta C, Kapfere-Seebacher I, Kosho T, Mendoza-Londono R, Pope M, Rohrbach M, Van Damme T, Vandersteen A, van Mourik C, Voermans N, Zschocke J, Malfait F. 2017. The Ehlers-Danlos syndromes, rares types. Am J Med Genet Part C Semin Med Genet 175C:70-115.
          • Kosho T, Miyake N, Hatamochi A, Takahashi J, Kato H, Miyahara T, Igawa Y, Yasui H, Ishida T, Ono K, Kosuda T, Inoue A, Kohyama M, Hattori T, Ohashi H, Nishimura G, Kawamura R, Wakui K, Fukushima Y, Matsumoto N. 2010. A new Ehlers-Danlos syndrome with craniofacial characteristics, multiple congenital contractures, progressive joint and skin laxity, and multisystem fragility-related manifestations. Am J Med Genet A. 2010 Jun;152A(6):1333-46. doi: 10.1002/ajmg.a.33498.
          • Kosho T. 2016. CHST14/D4ST1 deficiency: New form of Ehlers-Danlos syndrome. Pediatr Int. 2016 Feb;58(2):88-99. doi: 10.1111/ped.12878.
          • Malfait F, Francomano C, Byers P, Belmont J, Berglund B, Black J, Bloom L, Bowen JM, Brady AF, Burrows NP, Castori M, Cohen H, Colombi M, Demirdas S, De Backer J, De Paepe A, Fournel-Gigleux S, Frank M, Ghali N, Giunta C, Grahame R, Hakim A, Jeunemaitre X, Johnson D, Juul-Kristensen B, Kapferer-Seebacher I, Kazkaz H, Kosho T, Lavallee ME, Levy H, Mendoza-Londono R, Pepin M, Pope FM, Reinstein E, Robert L, Rohrbach M, Sanders L, Sobey GJ, Van Damme T, Vandersteen A, van Mourik C, Voermans N, Wheeldon N, Zschocke J, Tinkle B. 2017. The 2017 international classification of the Ehlers-Danlos syndromes. Am J Med Genet Part C Semin Med Genet 175C:8-26.
          • Tocchioni F, Ghionzoli M, Messineo A, Romagnoli P. Pectus excavatum and heritable disorders of the connective tissue. Pediatr Rep. 2013;5(3):e15. Published 2013 Sep 24. doi:10.4081/pr.2013.e15


          • Les articles non disponibles en téléchargement actuellement sur le site sont mis à la disposition des professionnels de santé sur simple demande.

  • Vous aimerez aussi

    29 NOVEMBRE 2019

    Les Troubles du spectre de...

    Le GERSED (Groupe d’Etude et de Recherche sur les Syndromes d’Ehlers-Danlos)...

    27 NOVEMBRE 2019

    Les critères de New-York du...

    Le GERSED (Groupe d’Etude et de Recherche sur les Syndromes d’Ehlers-Danlos)...

    19 JUILLET 2019

    Examen clinique dans le SED...

    La troisième vidéo de la Filière Oscar concerne l’examen clinique d’une...

    30 JANVIER 2019

    Le SEDk – SED...

    Le SEDk, SED cyphoscoliotique, est une pathologie très rare du tissu conjonctif...

    16 JANVIER 2019

    L’hypermobilité et les...

    Qu’est-ce que l’hypermobilité articulaire ? L’hypermobilité...

    11 JANVIER 2019

    Les critères de diagnostic...

    Le diagnostic du SEDh est un diagnostic clinique puisqu’il n’existe pas encore de...

    Laissez un commentaire !