Les vêtements compressifs améliorent la stabilité posturale.

L’étude CGhEDS est le fruit du travail du centre de référence des Syndromes d’Ehlers-Danlos non vasculaires (SEDnv) de Garches, sous l’égide du Dr Karelle Benistan.
Ce travail a été soutenu par l’association de patients Unsed et parrainé par La Fondation Garches.

L’article est disponible en open access sur ce lien : https://bit.ly/3BGwyYf, et ci-dessous en pdf.

CGhEDS est une étude scientifique dont le but était d’évaluer les effets immédiats et à 4 semaines des vêtements de compression sur l’équilibre dans 8 conditions visuelles, statiques et dynamiques différentes chez des personnes atteintes du syndrome d’Ehlers-Danlos hypermobile (SEDh).

L’étude s’est déroulée de février 2019 à janvier 2021.
Les patient(e)s devaient être âgés de 16 ans ou plus et devaient présenter un SEDh diagnostiqué selon les critères de New-York.
Les critères d’exclusion étaient :
– une chirurgie antérieure ou des troubles musculosquelettiques des membres inférieurs,
– le port d’un vêtement compressif dans les 2 mois précédents,
– le fait d’avoir suivi un programme de rééducation ≥ 3 fois/semaines au cours des 2 derniers mois,
– une hyperalgésie non contrôlée,
– des troubles du système visuel, vestibulaire ou nerveux,
– la grossesse ou l’allaitement.

 

Déroulement de l’étude

Il s’agit d’une étude randomisée contrôlée sur 4 semaines.

L’étude consistait à répartir 36 participants au hasard :
– 19 personnes dans le groupe physiothérapie seule (PT)
– 17 personnes dans le groupe physiothérapie + port quotidien de compressifs  (PT + CG).

La kinésithérapie

La physiothérapie consistait en 12 séances de kinésithérapie pendant 4 semaines : 1 h de kinésithérapie ambulatoire, 3 fois par semaine, pendant 4 semaines.
La rééducation se concentrait sur 3 domaines de rééducation : renforcement, contrôle postural et entraînement à l’équilibre. L’objectif était de renforcer les membres inférieurs pour améliorer la posture et l’équilibre.

Les exercices impliquaient :
– un renforcement isométrique des muscles de la cheville, du genou et de la hanche,
– des exercices aérobies,
– un entraînement proprioceptif,
– et des exercices d’équilibre sur des surfaces stables et instables.

Le kinésithérapeute déterminait les caractéristiques de performance de chaque exercice et le temps passé par exercice. La progression, la fatigue et la motivation du participant entraient également en compte. Les participants enregistraient la durée réelle de chaque session dans un journal de bord.

Le port de vêtements compressifs

Pour le groupe Compressifs + Kinésithérapie, deux ensembles sur mesure de 3 pièces ont été fournis : leggings, chaussettes et gilet. Les instructions étaient de porter les vêtements 8 heures ou plus par jour pendant 4 semaines, pendant les activités de la vie quotidienne et la kinésithérapie. Les participants ont rempli un journal de bord pour enregistrer la durée réelle du port quotidien des compressifs.

 

L’évaluation

Dans cette étude, l’équilibre a été évalué à l’aide d’une plate-forme de force. Les participants se tenaient immobiles, pieds nus sur la plate-forme, les bras le long du corps, les pieds formant un angle de 30°, les talons écartés de 2 cm et les yeux fixés sur un repère visuel fixé à 170 cm devant. Les instructions étaient de rester immobile sans parler.

Huit conditions ont été évaluées sur la plateforme de force :

– Les yeux ouverts sur une plateforme d’entreprise statique,
– Les yeux fermés sur une plate-forme ferme statique,
– Les yeux ouverts sur une surface en mousse,
– Les yeux fermés sur une surface en mousse,
– Les yeux ouverts sur une plate-forme instable qui effectuait des oscillations avant-arrière,
– Les yeux fermés sur une plate-forme instable qui effectuait des oscillations avant-arrière,
– Les yeux ouverts sur une plate-forme instable qui a effectué des oscillations du milieu vers les côtés,
– Les yeux fermés sur une plate-forme instable qui effectuait des oscillations du milieu vers les côtés.

L’intensité moyenne de la douleur a été évaluée à l’aide d’une échelle numérique d’évaluation de la douleur en semaine 0 et en semaine 4, avant les évaluations du balancement postural.

Tous les résultats ont été mesurés avant l’intervention (S0) et immédiatement après l’intervention (S4).

 

Résultats

Sur 36 participants, 2 personnes ont finalement refusé de participer pour des raisons professionnelles, et 2 ont abandonné avant la première évaluation sur la plate-forme de force en raison d’une exacerbation aiguë de la maladie qui contre-indiquait la rééducation.
Ainsi, les données de 32 participants (88,9 %) étaient disponibles pour les analyses (29 femmes et 3 hommes) ; 14 dans le groupe compressifs/kiné et 18 dans le groupe kiné seule.

Résultats immédiats

Comme indiqué dans l’article, “Le critère de jugement principal était la variation de la vitesse moyenne de la COP (en mm/s) de S0 à S4. Il s’agit de la variable la plus courante et la plus fiable rapportée. Une diminution de la vitesse moyenne après l’intervention suggère une amélioration de l’équilibre postural.”
L’article rapporte que de manière immédiate, dans le groupe compressifs/kiné, la vitesse moyenne du déplacement du centre de pression (COP) a diminué dans toutes les conditions, à l’exception de la condition les yeux ouverts sur une plateforme d’entreprise statique (SEO).

Les vêtements compressifs permettent donc de manière immédiate d’améliorer  l’équilibre postural dans toutes les conditions, sauf les yeux ouverts sur une plateforme statique.

Résultats après 4 semaines

La douleur a été réduite dans une plus large mesure dans le groupe compressifs + kinésithérapie, cependant, la différence entre les groupes n’était pas significativement différente.

Après 4 semaines d’intervention, la vitesse de balancement a diminué dans le groupe compressifs/kiné pour 4 conditions alors qu’aucune amélioration statistiquement significative n’a été constatée dans le groupe kiné.

Après 4 semaines, il n’y avait pas de différence entre les groupes dans la vitesse de balancement sur la plateforme instable dans le plan antéro-postérieur.

La vitesse de balancement a diminué davantage dans le groupe compressifs/kiné que dans le groupe kiné pour la condition les yeux fermés sur une plateforme instable qui effectuait des oscillations médio-latérales.
La plus grande différence entre les groupes dans la condition d’instabilité médio-latérale pourrait résulter d’un effet des compressifs sur la stabilité de la cheville. Les articulations de la cheville sont particulièrement touchées par l’instabilité médio-latérale et les blessures (entorses à répétition) dans le SEDh. Par conséquent, l’équilibre sur une plaque oscillante médio-latérale pourrait être particulièrement difficile et donc plus amélioré par les compressifs que l’équilibre sur une plaque oscillante antéro-postérieure.

 

Limites de l’étude

–  La taille de l’échantillon est petite.
– Il n’a pas été effectué d’évaluations sans les vêtements compressifs à 4 semaines. Il n’est donc pas possible de dire si l’effet observé persiste après le retrait des vêtements.

 

Traduction de la conclusion de l’article

Cet essai contrôlé randomisé est le premier à évaluer les effets des vêtements compressifs en complément de la physiothérapie sur l’équilibre chez les personnes atteintes de SEDh. Les variables d’équilibre ont été évaluées dans des conditions statiques et dynamiques, immédiatement et après 4 semaines d’intervention. Les résultats semblent soutenir l’utilisation des vêtements compressifs combinés à un programme de physiothérapie pour améliorer l’équilibre dynamique chez les personnes atteintes de SEDh.
Les traitements actuellement disponibles et utilisés par les experts des SED ne sont que symptomatiques ou préventifs, conçus pour éviter les complications ; aucun traitement curatif n’existe.
Cette étude apporte de nouvelles informations sur l’efficacité des vêtements compressifs dans le SEDh.

De futures études sont nécessaires pour confirmer l’impact fonctionnel des compressifs et leurs bénéfices sur les complications articulaires, notamment pour les entorses de la cheville.

 

Conclusion

Cette étude randomisée contrôlée montre :

  • un effet immédiat des compressifs sur l’équilibre postural des personnes SEDh,
  • une amélioration de l’équilibre postural des personnes SEDh après 4 semaines de port de vêtements compressifs associé à de la kinésithérapie,
  • un impact probable des vêtements compressifs sur la stabilité de la cheville,
  • une amélioration de la douleur après 4 semaines de port de compressifs + kiné, mais non significative statistiquement.

 

Source : 

Benistan K, Foy M, Gillas F, Genet F, Kane M, Barbot F, Vaugier I, Bonnyaud C, Gader N. Effects of compression garments on balance in hypermobile Ehlers-Danlos syndrome: a randomized controlled trial. Disabil Rehabil. 2023 May 17:1-10. doi: 10.1080/09638288.2023.2209742. Epub ahead of print. PMID: 37194618.

 

Benistan2023_Effects of compression garments on balance in hypermobile Ehlers Danlos syndrome a randomized controlled trial

Vous aimerez aussi

9 DéCEMBRE 2023

Une formation...

Le centre de référence de Garches (CRMR), dont la responsable est la Dre Karelle...

5 JANVIER 2022

Etude Osteopathie et SED/HSD...

Aurélien BERENGUER, étudiant(e) en 5ème année sous l’autorité d’Alexandra...

5 DéCEMBRE 2021

L’étude Vetcosed...

L’étude Vetcosed est une étude à portée nationale, fruit d’une...

18 SEPTEMBRE 2021

Dernière session : 21 et 22...

Vous résidez en Basse-Normandie, à moins d’1h30 de Caen ? Vous êtes...

7 SEPTEMBRE 2021

Une étude de haut niveau sur...

Bonne nouvelle ! L’étude française sur l’utilité de...

19 MAI 2021

Vidéo – La place-clé...

La Société Normande de Physiothérapie nous invitait en novembre dernier à participer...

Laissez un commentaire !